JADE-FRANCESCA PERLOT

Je m’appelle Jade-Francesca Perlot, j’habite dans la région Grand Est. Adoptée  l’âge de 7 mois en Haïti, il a toujours été important pour moi de mettre à profit ma double origine : française et haïtienne. Je suis ainsi active dans plusieurs associations oeuvrant pour les enfants d’Haïti. Par ailleurs, je suis aussi passionnée de lecture et d’écriture. Petite, j’écrivais déjà des poèmes et des nouvelles aux styles plus ou moins affirmés… Aujourd’hui, je possède un blog (TheGeminiPepper) où j’écris sur des thèmes allant de l’environnement au féminisme.

2) Comment avez-vous participé au Prix Alcibiade et qu’est-ce qui vous a poussé à le faire ?

Olivier Lusetti, écrivain et conseiller littéraire est venu animer une conférence interactive sur « l’Art d’écrire » dans mon lycée. Il était véritablement passionné et passionnant. À la fin de l’Atelier il m’a fait prendre conscience de mes qualités et du fait qu’il ne fallait pas que j’hésite à me lancer » et à écrire. Je réalise désormais à quel point ses mots ont compté. Et je l’en remercie…

3) Quel est le thème de votre histoire ?

Mon récit n’a pas un seul thème mais plutôt un mélange, un agrégat de problématiques actuelles et futures. Mon histoire traite de la résilience, du pardon, de la spiritualité et de l’acceptation de son passé et des ses origines. Il traite également de la recherche d’identité de cette jeunesse des Îles et d’ailleurs… Tous ces sujets sont bien sûr croisés avec le thème majeur : le Transhumanisme et les dérives du fameux Progrès.

4) Pourquoi ce choix ?

Tous ces questionnements ont un jour plus ou moins été les miens étant moi-même originaire d’Haïti.

Par ailleurs, notre monde change a une vitesse accélérée et dans cette recherche perpétuelle du profit, du bénéfice et du progrès on en vient à oublier la chose la plus importante : l’Homme.

J’ai souhaité à travers mon récit faire ressortir ce paradoxe et montrer les conséquences potentielles à moyen terme de ce modèle que nous sommes en train de développer.

5) Quel message avez-vous voulu faire passer ?

Je ne souhaite pas délivrer ou prôner un message universel à travers mon récit. Je préfère laisser le lecteur à sa réflexion et tisser lui-même son propre jugement.

6) Pouvez-vous nous résumer votre récit ? ( Résumé fait sous forme de 4ème de couverture)

Année 2035, Haïti, Port-au-Prince. La gouvernance mondiale a totalement été réorganisée suite à la quatrième chute de la Banque de Wall Street. Pour sauver l’économie mondiale la Shanghai Stock Exchange s’est placée comme le sauveur légitime. Désormais le monde se voit diriger par la plus grande dynastie de l’ère de la Terre: La Dynastie des Technocrates.

Domination, Répression, Division et Puissance. Telles sont les devises du nouveau Régime.

Luther Freeman, jeune des bidonvilles reçoit, un matin, une lettre le convoquant au service militaire de la Dynastie, chance pour lui de partir de cette « Île maudite ». Cependant une fois engagé dans l’armée une tout autre réalité l’attend… Alors, entrainé dans un cercle vicieux et enrôlé comme cobaye dans les expérimentations scientifiques de la Dynastie, Luther va se révéler et se retourner contre l’Oppresseur…

Entre récit initiatique, recherche de ses origines et esclavagisme moderne, cette nouvelle dresse le portrait d’une Société responsable de sa propre déchéance et où les rapports de force et de domination priment.

7) Écrivez-vous qu’à l’instinct ou vous appuyez-vous sur des livres sur l’écriture, une formation en création littéraire, un conseiller littéraire ou des lecteurs tests pour vous affiner ?

Pour l’écriture de cette première nouvelle j’ai été aidé par Olivier Lusetti, ses conseils étaient toujours directs mais me laissait, bien sûr, toujours une part personnelle de réflexion et d’inventivité.

Avant le concours Alcibiade, j’écrivais surtout à l’instinct. Même si mes propositions manquaient parfois de rigueur et de style.

Néanmoins je pense encore que le propre de l’écriture est de créer, d’inventer et de se libérer et non pas de s’enfermer dans des codes rigides etc...

En effet, je rejoins sans réserve le propos d’Elsa Triolet, écrivaine et première femme a avoir obtenu le prix Goncourt : « L'écriture, la plus noble conquête de l'homme. »(La Mise en Mots). Il ne faut aucunement avoir peur de la page blanche, ou de paraître redondant par rapport à ce qui a déjà été dit. Tour écriture reste une audace et un courage, et nous pouvons alors chacun apporter une chose, même infime de par…nos mots.

Quels sont vos projets littéraires immédiats ?

J’aimerai continuer à écrire sur Haïti. Sensible au monde qui m’entoure et à la politique, inscrire mon récit dans la Capitale d’Haïti, Port-au-Prince me semblait naturel. Ce pays dont personne ne parle et au contraire un pays complexe et intéressant de par sa culture, la religion vaudou encore présente et sa population qui ne demandent qu’à être entendue.

Je pense me concentrer particulièrement sur la place des femmes sur l’île et sur leurs quotidiens, leurs aspirations et leurs subtilités.

Jade Perlot

18 commentaires

lauréate jade.png
couverture PRF 2019indd (Copier).jpg

De cette auteure

 Classé X (nouvelle).

Lauréate

du Prix Alcibiade 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture PRF 2019.jpg
preview (2).jpg