Emilie Staelens

Je m'appelle Émilie Staelens, j'ai dix-huit ans et suis née et vis dans les Vosges depuis ma naissance. Passionnée par l'écriture, depuis que je suis toute petite, j'écris sans cesse des histoires, plus ou moins longues, avec l'intention d'écrire des romans plus tard, et participe de temps en temps à des concours d'écriture. Je compte me diriger vers des études orientées vers l'édition, en faisant un DUT spécialisé dans ce domaine, à Tourcoing.

J'ai participé au prix Alcibiade après en avoir entendu parler au lycée, grâce à mon amie qui suit le cours de philosophie humanitaire. Elle m'a proposé que nous écrivions à deux, mais finalement, la fièvre de l'écriture m'a emportée, et j'ai fini par écrire seule, avec elle pour m'encourager et me donner quelques informations tirées de ses cours quant au transhumanisme.

Le thème de mon histoire est la mécanisation des êtres humains, et du monde en général.

Nous cherchons de plus en plus à nous dépasser nous-même, avec de nouvelles inventions destinées à nous faciliter la vie, ou alors nous voulons avoir une meilleure esthétique, en recourant à des opérations extravagantes, voire barbares. Les hommes sont dans une recherche perpétuelle de l'amélioration d'eux-même, au niveau vital, et au niveau physique.

J'aimerais juste que nous réfléchissions un instant à tout ce que nous faisons. En développant de nouvelles technologies, nous nous tournons de plus en plus vers la robotique, et bientôt, l'être humain sera soit dépassé par ses inventions, soit il en prendra l'image, et perdra lui-même son humanité. C'est un peu radical comme discours, mais il est déjà fort probable qu'en 2050, nous soyons dépassés par l'Intelligence Artificielle, or nous acceptions difficilement d'être dépassés par quelque chose.

Un souvenir pour le bus raconte l'histoire d'Ivan, mannequin accroché à son image, qui se retrouve face à un monde bouleversé par des changements extraordinaires : les humains trouvent le moyen d'évoluer via de nouvelles technologies, deviennent plus puissants et résistants. Bientôt se pose la question de l'image, et une course à la beauté se lance, au mépris de sa condition sociale, puisque chaque modification demande énormément d'argent. Ivan étant considéré comme l'un des plus beaux hommes sur Terre, on lui réclame assidûment son image, afin de créer de nouvelles pièces robotiques adaptées au corps humain, afin d'être plus beau, chose à laquelle le jeune homme refuse de coopérer, jusqu'au jour où sa petite amie Jane se faisant renverser, il se retrouve confronté à une lourde décision : la laisser mourir, et garder son identité, ou bien la voir devenir un cyborg, être vivante, mais perdre son image en guise de paiement. Décidant de la sauver, Ivan se rend alors compte à quel point voir le temps passer et son corps changer a quelque chose de précieux, est une caractéristique proprement humaine, et s'y accroche, homme vieillissant au milieu d'un peuple robotique, magnifique et immortel. Il met alors fin à ses jours, ne supportant plus de vivre dans cette société en quête constante de la perfection, au mépris de l'humanité.

 

J'écris à l'instinct, mais me suis fait néanmoins lire par deux personnes, afin de vérifier que je n'avais pas fait quelques erreurs d'étourderie dans mon récit. C'est un conseil que ma tante, écrivaine, m'a donné, car il peut être difficile pour l'auteur d'un texte, d'y repérer des erreurs ou des invraisemblances, alors qu'un lecteur extérieur sera plus objectif.

Je compte faire un DUT Information Communication option métiers du livre pour travailler dans l'édition plus tard, et être romancière. Je continuerai de participer à des concours d'écriture tout en écrivant pour moi-même. Je suis soutenue par des personnes absolument extraordinaires qui m'encouragent chaque jour et me poussent à écrire plus, lisant ce que je fais, et je compte bien réaliser cet objectif et vivre mon rêve. Je veux juste faire ce dont je rêve depuis que je suis toute petite.

couverture PRF 2019indd (Copier).jpg

De cette auteure

 SOUVENIR POUR LE BUS (nouvelle).

Grande Lauréate

du Prix Alcibiade 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lauréate alcibiade .png
Quatrième de couverture PRF 2019.jpg
preview (2).jpg